Manuel d'Exil

Comment réussir son exil en 35 leçons

2021
Création

image spectacleimage spectacleimage spectacleimage spectacle

« I have BAC plus five, I am a writer, novelist…
– Aucune importance mon petit, répond la dame. Ici tu commences une nouvelle vie… » 

Été 1992. Velibor Čolić débarque à Rennes. Il a vingt-huit ans et ne possède que trois mots de français : Jean, Paul et Sartre. « J’ai 28 ans et j’arrive à Rennes avec pour tout bagage trois mots de français – Jean, Paul et Sartre ». « Je », c’est Velibor Čolić, écrivain et déserteur de l’armée bosniaque qui dépose sa demande d’asile en France à l’été 1992. Il lui faudra a endre 23 ans pour écrire ce Manuel d’exil, en français sans passer par sa langue maternelle. Sous-titré « comment réussir son exil en 35 leçons », voilà un récit d’une ironie féroce, où autodérision et prose poétique éclosent comme des ronces alors que l’humour sculpte la douleur. Un phénomène de librairie porté par le bouche à oreille, et c’est bien de cela qu’il s’agit, d’oreilles (les nôtres) et de bouches, celle de Čolić d’abord, mais aussi celle de Jean-Quentin Châtelain, seul en scène et peut-être seul au monde capable de restituer avec autant d’engagement, de gourmandise, de jazz, cette écriture à la fois guerrière et dentelière. Une langue commune . tailler, soigner, craqueler, brutaliser, faire exploser. Une langue à adopter. Manuel d’exil (2016) est son dixième roman, son treizième livre en tout, publié chez Gallimard.

distribution

Metteure en scène Maya Bösch Texte Velibor Colic Scénographe Sylvie Kleiber Jeu Jean-Quentin Châtelain Construction Victor Roy Photographe Laura Spozio Administratrice Estelle Zweifel Droits d'auteur Gallimard

production

Compagnie sturmfrei. Coproduction avec Théâtre St Gervais. Avec le soutien de la Loterie Romande, Ernst Göhner Stiftung, Fondation Leenards et une fondation privée